smerep

EDITO : MASTER 1 DROIT DES AFFAIRES

Par Thomas Vaillant

Le 24 octobre, 2017

Après une formation générale orientée privé/public en Licence, le choix du Master 1 est déterminant dans la poursuite du cursus universitaire. Désireux de me diriger vers un Master 2 Droit des assurances, j’ai particulièrement hésité entre le Master 1 Droit privé général et Droit des affaires. J’ai finalement choisi le Droit des affaires de par son enseignement technique bien moins généraliste que le Droit privé.

 

Etant donné que je savais que je n’étudierai ces matières qu’une année sans jamais les revoir, ce choix a été difficile, mais a été une véritable surprise. J’ai enfin découvert un droit concret dont l’enseignement se fait à travers la pratique du monde commercial. Point fort de ce Master, l’ensemble des matières se recoupent et sont interdépendantes.

 

Toutefois, j’ai été extrêmement déçu par l’ambiance générale de cette formation. Les Masters 1 sont normalement composés d’une centaine de personnes, mais le Droit des affaires fait exception à la règle avec plus du triple. Nul n’est sans savoir que les places en Master 2 sont chères, et il en ressortait un esprit de compétition très malsain qui n’était pas du tout ressenti en Social, Pénal, Public ou International par exemple. L’entraide entre étudiants était inexistante. Pour ma part, j’ai travaillé en groupe avec deux autres amis, de confiance. Ça a été clairement une réussite, j’ai validé mon Master 1 avec mention, ce qui n’aurait clairement pas été possible si j’avais travaillé seul, vu la masse de travail.

 

C’est pourquoi je vous donnerai un conseil qui, pour moi, est la clé de la réussite : ne vous enfermez pas dans un esprit de concours, et travaillez en groupe, cela permet de tenir pendant une année charnière, et difficile en terme de stress. En suivant la mauvaise technique, beaucoup ont fini par échouer.

 

Concernant les compétences acquises, le Master 1 Droit des affaires de l’Université Paris Nanterre m’a permis d’acquérir de solides connaissances en matière commerciale, ce qui a notamment facilité mes révisions du CRFPA en septembre dernier. Les professeurs sont spécialistes de la matière qu’ils enseignent, nous permettant ainsi d’en appréhender les contours grâce à une approche technique et pratique, tout en restant abordable. Beaucoup d’entre eux sont des praticiens depuis de nombreuses années et reconnus comme les meilleurs dans leur domaine, notamment en sociétés et en fiscal, deux matières indispensables à la poursuite d’un cursus en Droit des affaires général ou spécialisé.

 

Les débouchés sont nombreux : Un Master 1 Droit des affaires permet d’accéder à n’importe quel Master 2 présentant une spécialité technique telle que la propriété intellectuelle, les procédures collectives, la fiscalité, la banque, les assurances et bien d’autres domaines. D’un autre côté, les Master 2 généralistes de Droit des affaires sont parfaitement adaptés aux enseignements suivis pendant une Maîtrise, et sont d’ailleurs très sélectifs.

 

En ce sens, les facultés parisiennes Paris II, Paris I et Paris IX (Paris Dauphine) présentent des formations plutôt générales mais d’excellentes qualités. Toutefois, attention à la méprise. A force de trop vouloir accéder aux universités parisiennes, les étudiants oublient trop vite toutes les formations offertes hors de la capitale et en Province. La plupart d’entre elles sont spécialisées dans un domaine précis et dont l’enseignement est d’excellente qualité et souvent dirigées par des Professeurs particulièrement reconnus. N’oublions pas que l’insertion est une donnée très importante à prendre en compte et que nombreuses formations possèdent de très bons chiffres.

 

Pour ma part, j’ai été admis en double diplôme Master 2 – DU de l’Institut des Assurances de Paris à l’Université Paris Dauphine, mention Droit des assurances. Cette formation est en alternance sur une durée de 2 ans, ce système que je plébiscite par ailleurs. L’alternance s’étant démocratisée dans les formations juridiques, elle offre un taux d’insertion très élevé.

 

C’est avec plaisir que je répondrai à vos éventuelles questions que ce soit sur la formation de M1, les sélections en M2 pour le Droit des affaires ou en assurances s’il y a des potentiels candidats. Posez toutes vos questions dans l’onglet « Edito » de notre forum.

 

Thomas Vaillant, Génération 2013.